Yann Moix à propos de Belmondo chez Philippe de Broca

Interview | 4.11.2016
Jean-Paul Belmondo est au cœur de l’actualité avec la parution de ses mémoires. Il fait la couverture du Point et la rédaction a demandé à quelques plumes d’évoquer le comédien. Le romancier Yann Moix y compare notamment le Belmondo de Jean-Pierre Melville à celui de de Broca : “Chez Melville, Belmondo s’ennuie davantage, son physique ne […]
Jean-Paul Belmondo dans L'Homme de Rio, de Philippe de Broca

Jean-Paul Belmondo est au cœur de l’actualité avec la parution de ses mémoires. Il fait la couverture du Point et la rédaction a demandé à quelques plumes d’évoquer le comédien. Le romancier Yann Moix y compare notamment le Belmondo de Jean-Pierre Melville à celui de de Broca : “Chez Melville, Belmondo s’ennuie davantage, son physique ne tient plus en place ; son corps, trop statique, n’en peut plus. On imagine à chaque plan, notamment dans Léon Morin, prêtre, qu’il va arracher sa soutane, et hurler un tonitruant « merde ». Il est corseté ; il est empêché. C’est un bébel à l’étouffée. Chez de Broca, il reprend sa liberté, c’est un Jean-Paul qui respire, sans personne pour le dompter ou lui lancer des cacahouètes ; il s’arrache au texte, son corps reprend de la voix. L’Homme de Rio et Les Tribulations d’un Chinois en Chine qui sont les ancêtres d’Itinéraire d’un enfant gâté sont les meilleurs films de ce Marsupilami humain”. 

point