Quand Philippe de Broca faisait de la publicité avec Catherine Alric

Interview | 18.08.2017
En 1974, Philippe de Broca réalise une publicité pour la marque Flodor. Ce tournage pourrait n’être qu’anecdotique dans la carrière du réalisateur s’il n’avait pas rencontré alors Catherine Alric, qui deviendra sa compagne et qu’il dirigera dans L’Incorrigible, Le Cavaleur, Tendre Poulet et On a volé la cuisse de Jupiter. Pour l’émission Cinescope de la […]

En 1974, Philippe de Broca réalise une publicité pour la marque Flodor. Ce tournage pourrait n’être qu’anecdotique dans la carrière du réalisateur s’il n’avait pas rencontré alors Catherine Alric, qui deviendra sa compagne et qu’il dirigera dans L’Incorrigible, Le Cavaleur, Tendre Poulet et On a volé la cuisse de Jupiter.

Pour l’émission Cinescope de la RTBF, Catherine Alric racontait en 1984 cette rencontre et ce premier tournage.

“J’étais étudiante avec tout ce que cela comporte de rêves.. J’avais envie de faire plein de choses, du théâtre du cinéma.. Et en même temps, c’était le miroir aux alouettes pour moi. J’avais l’impression que jamais je n’y arriverai. Et parallèlement à ça j’étais mannequin, et ça a très vite très bien marché. J’ai fait une vingtaine de films publicitaires, j’ai donc beaucoup voyagé. Je suis allée au Mexique, en Afrique, en Espagne. Et j’ai fait ces films avec de grands metteurs en scène dont de Broca.
Ça a été une coïncidence, un coup de hasard, il m’a choisi parmi cent mannequins. Je suis parti avec lui pour faire ce film sur les chips Flodor.
C’était très drôle car on a tourné ça à Acapulco, pendant quinze jours. Le matin, on tournait dans une superbe demeure magnifique de milliardaire, avec une piscine immense qui dominait complètement la baie d’Acapulco… le paradis. Tous les clients étaient là, l’agence publicitaire.. Et le film s’est tourné en une demi-journée. Ils étaient fous de rage. Parce que Philippe est quelqu’un de très rapide, de très déterminé. Il sait exactement ce qu’il fait. Ça n’a vraiment pris qu’une demi-journée. Après, on ne savait plus trop quoi faire. On a voyagé, on a visité le Mexique. On a vraiment fait du tourisme.”