Philippe de Broca – 29 ans, 5 films –

Interview | 6.11.2017
En 1964, Philippe de Broca tourne aux studios de Boulogne Un Monsieur de compagnie. Il répond aux questions d’un journaliste de Combat et revient sur ses premiers films. Quand j’étais enfant, j’aimais inventer, transfigurer tout ce qui m’entourait : ainsi, la salle de bains de mes parents devenait instantanément une jungle dans laquelle je chassais le […]
Philippe de Broca et Jean-Pierre Cassel sur le tournage du film Les Jeux de l'amour

En 1964, Philippe de Broca tourne aux studios de Boulogne Un Monsieur de compagnie. Il répond aux questions d’un journaliste de Combat et revient sur ses premiers films.

Quand j’étais enfant, j’aimais inventer, transfigurer tout ce qui m’entourait : ainsi, la salle de bains de mes parents devenait instantanément une jungle dans laquelle je chassais le tigre ; l’instant d’après, la baignoire se métamorphosait en traîneau et j’étais un trappeur. Le temps a passé : j’ai vieilli. Aujourd’hui j’ai trouvé un autre joujou : ma caméra.

Tel est le secret de Philippe de Broca – 29 ans, cinq films – : il s’amuse et, les recettes de L’Homme de Rio tendrait à le prouver, il n’est pas le seul à s’amuser.

L’Homme de Rio, depuis le début, c’était un canular. Voilà : Unifrance Films organisait un voyage au Brésil au cours duquel Belmondo et moi devions présenter Cartouche, notre dernier film. Nous somme partis de Paris au mois de février par un temps glacial et, quelques heures après, nous atterrissions à Rio où il régnait une chaleur paradisiaque. Je dis à Jean-Paul : « C’est tout de même trop bête de ne pas profiter de ce pays. J’ai envie de faire un film ici l’année prochaine. »
Bien entendu, il fut tout de suite d’accord. Restait à convaincre le producteur. Je lui explique : « On prend Belmondo, on l’habille en blanc, on lui colle un grand chapeau, on lui fait faire n’importe quoi et on appelle ça : L’Homme de Rio. »
Lui aussi tombe d’accord. Nous signons les contrats. Après, eh bien, après, c’était moins drôle… parce qu’il a tout de même fallu chercher et trouver un histoire….

Des Jeux de l’amour à L’Homme de Rio, on retrouve toujours le même type de héros dans vos films.
Cela doit être une sorte défoulement. Je ne crois pas avoir beaucoup de complexes, mais enfin, quand même…. J’aimerais bien vaincre avec la même aisance les crocodiles et les princesses lointaines, plaire à tout le monde, séduire par mon audace et ma désinvolture…

Bref, tout ce que font Jean-Paul Belmondo et Jean-Pierre Cassel ?
Oui. D’ailleurs, c’est drôle parce que, avant de faire du cinéma, j’avais vu deux fois Oscar, la pièce de Claude Magnier ; une fois avec Belmondo et une fois avec Cassel. À chaque représentation, je me disais : « Tiens, il faut que je tourne avec ce type-là ». Résultat : je n’ai tourné qu’avec eux deux.

Comment avez vous débuté dans la réalisation ?
À vrai dire, j’ai eu beaucoup de veine. J’ai été l’assistant de Decoin, de Schoendoerffer, de Truffaut et de Chabrol pour Le Beau Serge et Les Cousins. Après ces deux films, Chabrol était connu et, directeur de sa propre maison de production, il n’avait plus besoin de se produire lui-même. Alors il a donné leur chances à plusieurs de ses amis – dont Éric Rohmer (pour Le Signe du Lion) et moi.
J’ai donc fait Les Jeux de l’amour (1959) avec Jean-Pierre Cassel et Geneviève Cluny, qui n’était pas fâchée de sortir de la série publicitaire Dents blanches, haleine fraîche.

Et, quelques mois après, vous réalisiez Le Farceur (1960) ?
Ah, Le Farceur, un vrai gag !
Chabrol m’avait dit : « Tu peux y aller il reste encore des sous. » En quinze jours, Daniel Boulanger et moi avons fait le scénario, le découpage et les dialogues. Je pensais que tout le monde aimerait Le Farceur mais le film n’a pas bien marché. Il n’a plu qu’aux snobs ; c’est loupé, quoi !

Et L’Amant de cinq jours (1960), c’était loupé aussi ?
Un flop terrible. Je n’ai pas encore compris pourquoi, mais je reviens de loin. Moi, je l’aimais bien ce film. Enfin, c’est comme ça. Je me suis rattrapé avec Cartouche, qui fut un gros succès.

À votre ton, on dirait presque que vous le regrettez.
Il est vrai que je regrette un peu le côté western de Cartouche. Le thème était très beau ; cet homme à qui tout réussit trop bien, ce victorieux que ses victoires n’amusent plus, qui commence à s’ennuyer et qui se lance dans des aventures idiotes pour échapper à son ennui, j’aurais voulu que son histoire soit émouvante et, la fin mise à part, je l’ai traitée d’une manière trop désinvolte.

Vous vouliez faire pleurer et vous avez fait rire ?
C’est un peu cela. Je fais souvent rire malgré moi. Enfin, je veux dire que mes films sont drôles parce que, au bout du compte, je suis incapable de m’exprimer autrement. Si on ne fait pas rire, on doit convaincre ou émouvoir. Convaincre, c’est bien gentil, mais comme je ne suis moi-même convaincu de rien… Quant à émouvoir, il faut un diable de talent pour y arriver.
« Raconter de belles histoires et faire rire en même temps sans nuire à leur beauté, voilà mon rêve »

Vous m’avez reçu aux studios de Boulogne ; préparez-vous un autre film ?
Il est déjà commencé. C’est une adaptation d’un roman d’André Couteau intitulé Un Monsieur de compagnie, qu’interpréteront Jean-Pierre Cassel, Orson Welles, Paul Meurisse, Sandra Millo et Jean-Pierre Marielle.

Quel en est le sujet ?
L’histoire d’un garçon qui ne fiche rien dans la vie. Une éloge de la paresse.