Longue interview de Philippe de Broca à propos de Chouans

Interview | 6.06.2017
Chouans est un film à grand spectacle et en même temps, un film très personnel. Vous avez attendu 7 ans pour réaliser ce projet. Pouvez-vous nous en décrire l’historique ? Je n’ai réalisé pratiquement que des comédies, mais j’ai toujours rêvé de faire des films épiques, romanesques, en costumes. Des films qui pourraient être d’ailleurs dans […]
Philippe de Broca sur le tournage de Chouans !

Chouans est un film à grand spectacle et en même temps, un film très personnel. Vous avez attendu 7 ans pour réaliser ce projet. Pouvez-vous nous en décrire l’historique ?

Je n’ai réalisé pratiquement que des comédies, mais j’ai toujours rêvé de faire des films épiques, romanesques, en costumes. Des films qui pourraient être d’ailleurs dans la fiction, mais en dehors de notre temps réel. Et puis, pendant des années, je n’ai pas pu en faire. Tout simplement parce qu’on n’en faisait pas en France. Je me heurtais à une espèce d’interdit, chez les distributeurs, parmi les pouvoirs d’argent. Le discours était qu’on ne faisait pas de films en costumes, que ça ne marchait pas. Et pendant ce temps-là, les Américains, les anglais (avec Barry Lyndon par exemple) en faisaient, et ça marchait… Ce sujet, cela faisait 6 ou 7 ans que Daniel Boulanger et moi, nous l’avions conçu. Sur le principe d’une saga autour d’une famille française plongée dans la guerre civile. Nous l’avions d’abord située sous la Fronde, et puis nous est venue l’idée de le faire sous la Révolution Française, plus proche de nous, qui nous concerne plus aujourd’hui. J’ai essayé d’intéresser des gens à cette histoire, à ce projet. Les uns après les autres, c’était toujours la même réponse : on ne fait pas de films en.. etc. Jusqu’à ce que Maurice Illouz me fasse rencontrer Ariel Zeïtoun qui, lui, bizarrement – ça m’a paru bizarre à ce moment-là, et ça me paraît toujours bizarre aujourd’hui ! -m’a dit : « on fera ce film ». Pendant un an ou deux, il m’a fait attendre parce qu’il ne trouvait pas l’ouverture, jusqu’à il y a un an et demi, et puis maintenant, voilà…

Comment s’est passée votre période de cohabitation – qui dure toujours – avec un producteur… lui aussi réalisateur : Ariel Zeïtoun ?
Plutôt mal, mais avec Ariel Zeïtoun, c’est intéressant parce que ce mal va dans le bon sens. On se bagarre beaucoup, il me vexe facilement, il est péremptoire. Très souvent, j’ai envie de tout envoyer balader parce que j’ai le sentiment qu’il n’avait pas envie de monter cette affaire-là. Mais c’est toujours lui qui se rapprochait en disant : « Mais qu’est-ce que tu crois je fais là ? Si je suis là, c’est pour ça ! »…
Je m’aperçois que bien souvent, il a eu des idées, auxquelles j’étais farouchement opposé, mais qui étaient bonnes. Et ça continue maintenant au montage.
Par exemple, il y avait à l’origine, dans ce film, beaucoup de moments comiques, disons, cocasses, et j’étais très désespéré de les couper, parce que ce j’aime, c’est le passage du drame à la comédie. J’ai donc coupé, à sa demande, en lui disant : « tu vas voir, comme ça va être mauvais » ! On a vraiment taillé… et… c’était bon ! Ce que j’aime chez lui, c’est que c’est un vrai producteur. Je dis « vrai » parce que j’en connais plein de faux. Il est de rapport difficile, agressif, d’un caractère complètement opposé au mien ; c’est-à-dire qu’il pense que tout se fait dans la tension, alors que moi, je ne cherche que la grâce. Mais c’est un homme de cinéma, qui aime le cinéma.

Vous avez parlé successivement, à propos de Chouans, de film épique, romanesque, en costumes, de cape et d’épée, etc… A quel genre appartient ce film ?

Je disais, au début du projet de Chouans, et par commodité parce que je cherchais de l’argent, que ce serait un film de cape et d’épée. Des films de cape et d’épée, j’en ai fait – Cartouche par exemple – à une époque où ce genre charmant, plein de fantaisie, marchait en France. Cartouche s’est fait d’ailleurs au sein de la même maison de production que Fanfan la tulipe de Christian-Jaque, et il y a même des acteurs, comme Roquevert, que l’on retrouvait d’un film à l’autre.
Ce qui m’avait intéressé dans le personnage de Cartouche, c’est que c’était un bandit, un marginal – aujourd’hui, il serait terroriste – qui voulait simplement jouir de la vie, et qui devenait voleur. Tout cela dans une société, le début du XVIIIème siècle, qui est en train de basculer.
Je ne renie pas Cartouche, mais je ne m’y suis pas retrouvé. Ce que j’aime le mieux maintenant, c’est le côté dramatique, la fin du film, la mort de cette fille, le carrosse d’or. Autant j’adore faire des comédies de mœurs qui tournent autour des problèmes de l’amour – alors que c’est aussi douloureux qu’autre chose – autant je crois qu’il faut une certaine gravité pour traiter de personnages qui traversent une période aussi bouleversante et bouleversée que la Révolution Française.

C’est une espèce de pulsion fondamentaire pour moi que de retrouver toute la littérature du XIXème siècle que j’ai dévorée étant enfant, de me rapprocher de cette tradition du romanesque à panache que l’on retrouve bien sûr, et entre autres, dans le théâtre de Rostand, et qui a été si peu exploitée au cinéma. Cela revient aussi à un genre, et les genres, on ne peut pas les inventer, ils sont là.
Alors, s’il fallait définir Chouans, je dirais que c’est une fresque sur une époque, qui pourrait représenter la nôtre. Une parabole qui poserait la question suivante : comment raconter, à partir d’une histoire inscrite dans le passé, ce que nous sommes aujourd’hui, d’où nous venons, ce qui nous fait agir ?

Tout ce qui se raconte dans Chouans concerne beaucoup de nos problèmes politiques, sociaux contemporains – on les sépare aujourd’hui pour faire bien – mais ce sont les mêmes problèmes, éternels, d’équilibre des sociétés.
Alors si vous cherchez des références, elles sont peut-être plus du côté du Napoléon d’Abel Gance que du Bossu, contrairement à ce que mon image de marque laisse à penser. Et, pour revenir à Ariel Zeitoun, c’est vrai qu’il m’a beaucoup aidé à aller dans ce bon sens, et parfois contre moi-même ; à couper du Bossu et à laisser moins de place au spectaculaire facile.

Dans la notion de genre, il y a aussi celle du rythme de récit à adopter. Quelle est votre notion personnelle du rythme ?

Quand on commence un film, c’est-à-dire dès l’écriture, il faut se mettre un métronome dans le ventre. Je m’inspire beaucoup de la musique : une grande symphonie de Beethoven nous apprend énormément de choses sur, à la fois, la façon d’amener les thèmes, de les mettre en vagues, de les faire aboutir, exploser, redescendre… Il y a toute une pulsion humaine, qui fait qu’on a, à la fois, besoin d’alternance et d’homogénéité. L’arythmie n’est fondamentalement pas humaine. Dans la vie, on a le rythme cardiaque, il paraît même qu’on a des rythmes nerveux. Et il faut renforcer ça, parce que le spectacle étant une sorte de résumé exemplaire de la vie, il demande à rechercher ce rythme. Je suis obsédé par le rythme, mais ce n’est pas angoissant ! Je le ressens… On couche le scénario sur de grands tableaux, avec alternance d’allegro, d’andante… C’est un peu théorique, mais ça aide, et quand je tourne, j’exprime ça, je fais rire tout le monde parce que je dis souvent : « ah ! Là, je m’ennuie.. ! »
C’est-à-dire que là, il ne se passe rien, on n’attend plus rien… Si un type traverse une grande salle pour aller ouvrir une porte, je m’emmerde. Mais ce n’est pas une règle, parce que si je sais que derrière cette porte, il y a quelque chose d’important, une femme qu’il aime ou un assassin qui va l’étrangler, là, la trajectoire a une signification. Et aussi en fonction de ce qu’il y a avant et après : il y a des plages. Moi, je suis un peu rapide, un peu trop parfois, je suis tellement obsédé par le rythme que je confonds parfois le rythme et la précipitation… Mais j’aime mieux ça que le contraire, parce que le non-rythme, c’est l’ennui. ET ça, je le ressens souvent dans les spectacles ! Ces gens qui n’ont pas le métronome dans le ventre ! Il y a un côté biologique du rythme !

Le hasard des rythmes politique fait sortir Chouans le 23 mars, à un mois du premier tour des élections présidentielles, dont on a souvent dit que le mode de scrutin coupait la France en deux. Le phénomène Chouans continue-t-il à diviser la France en deux ?

Je suis cinéaste, je vous répondrai par images… J’ai toujours rêvé, et je rêve de plus en plus, de faire un jour un film sur l’Occupation en France… Je vais vous raconter une anecdote très très belle, qui pourrait être un point de départ : dans un petit village que je connais, une femme attendait au carrefour, le matin… le soir…. chaque jour. Je l’ai prise une ou deux fois en voiture, pour monter en ville, elle me racontait la guerre… Et j’ai eu un jour l’explication : cette femme passait ses journées au carrefour parce qu’elle attendait un Feldgrau qui avait occupé le village pendant la guerre. Elle avait eu une aventure avec lui – elle était toute jeune fille. Elle a été la tondue du village. Ce n’était pas facile, dans le pays il ne s’était pas passé grand-chose, il fallait trouver une tondue à la libération… On l’a tondue. Ses cheveux ont repoussé, mais elle attendait toujours le retour de son Allemand, au carrefour… Elle était devenue un peu folle.
Je trouve ça très émouvant dans la mesure où, d’habitude, on ne raconte le guerre que dans une certaine optique… Alors, si la période de la Révolution Française me fascine, si je n’ai pas traité dans ce film des guerres de Vendée, mais plutôt des guerres provinciales en Bretagne, c’est pour montrer qu’au-delà des prismes faciles, à partir de la guerre, dans le comportement humain, toutes les déviations sont possibles, et qu’elles ne se réduisent pas seulement à des questions d’opinions. Comme à toutes les époques, dans des situations de bouleversement, il y a l’un et l’autre.
Chez les Blancs et chez les Bleus, les Bretons chouans et les armées de la République, il y a eu des brutes, des massacres des deux côtés, et des gens et des gestes épatants de chaque côté. Des moments. Les gens sont rarement épatants ou abominables. Ils peuvent être l’un et l’autre. Tout homme, toute femme, est prêt à faire des sacrifices grandioses puis, tout d’un coup, à s’acharner en foule sur un type déchiqueté.
Le plus dur à admettre, c’est que ce peuvent être les mêmes. Montrer ça est toujours intéressant, et si le film sort en mars 1988, c’est un hasard et c’est tant mieux, j’espère…

Pour être encore plus clair, peut-on affecter la neutralité sur un sujet comme celui de Chouans ?

Non, on ne peut pas être neutre. Si on est neutre, on est gris, souvent terne. L’histoire est raconté presque toujours – et pour cause – par les vainqueurs. Les guerres de Vendée, les chouanneries, je les ai racontées avec l’œil des vaincus – et encore ne faut-il pas me demander des réponses trop claires parce que, moi non plus, je n’en ai pas – ; mais on ne peut pas avoir de sympathie pour les rebelles, les Robin des Bois. D’ailleurs, ça s’appelle Chouans ! Dans ce film, il y a trois personnages masculins et trois comportements.
Savinien, c’est la rage, le tolérant, l’homme qui a compris mais qui est impuissant. Et puis, il y a les deux autres : ses deux fils qui veulent agir. L’un, Tarquin, va vers le drame, jusqu’au bout, et l’autre, Aurèle, va vers une autre forme de drame, mais il ne l’atteindra pas, parce qu’au bord, il renonce. Toutes les convictions, les idées arrêtées qu’il avait, il les fout en l’air du jour au lendemain pour vivre, pour survivre. L’autre va jusqu’à la mort.
Les trois personnages expliquent la complexité des faits, la complexité des rapports humains aussi. Les choses ne sont pas simples. On dit souvent que la droite, c’est les privilèges, les châteaux, les prêtres, les riches. Oui, mais l’insurrection est, ici, d’origine populaire, paysanne. On dit aussi que la gauche, c’est les idées neuves, le bonheur du peuple, le progrès. Oui, mais ici ça consiste à fermer les églises, à envoyer des paysans, attachés à leur terre, se battre contre les Prussiens, sans crier gare, et à l’époque des moissons. Où, comment ces faits peuvent-ils rentrer dans une analyse réductive ?

Les frais bruts malheureusement, c’est la réalité d’une guerre. Fontenoy, c’est 300 morts, mais brusquement, entre les guerres de la Révolution et de l’Empire, c’est une saignée, deux millions de jeunes hommes français disparus. C’est gigantesque. Et tout ça est parti d’une idée généreuse en 1789, presque consensuelle à 99% : le royaume a des problèmes, parlons-en ensemble…
Réunissons-nous… On voit ce qu’il en est advenu.

Philippe de Broca sur le tournage de Chouans !
Pour cette peinture, quel partie pris avez-vous choisi avec votre directeur de la photographie Bernard Zitzermann ? Etes-vou allés vers le réalisme, le naturalisme, le romantisme XIXème siècle anglais ?

Oui, on est plutôt allé vers le romantisme XIXème… Enfin, vous savez,au cinéma, quand on fait des films comme ça, on prend ce qu’on trouve ! On a eu la chance d’avoir un temps de cochon ! On a utilisé énormément de brumes… J’ai choisi Zitzermann à cause de Molière d’Ariane Mnouchkine ; Je me suis admirablement entendu avec lui, il est formidable : il arrive dans des lieux, et selon ce qui s’y passe, il renforce ce qu’il y a. Si c’est tout gris, il met de la brume, il remet du gris tant que ça peut, ce sont les premiers plans qui ressortent et le reste fout le camp dans le brouillard…. Si ça claque de soleil, on se met en contre-jour avec de grandes brillances… Et ce qui est étonnant, bien qu’on n’ait pas beaucoup le temps de se parler dans la journée (trois mots au début de la journée ou s’il y avait tout à coup un renversement de temps), il trouvait toujours le truc pour que ce soit en référence à ce qu’on peut dire de la peinture…. J’ai du mal à parler de ça parce que ne sont pas les mots qui jouent, ce sont les impressions, les sensations…

Chouans est un des plus gros budgets français de l’année. Avec la notion de film historique, de grand spectacle, vous trouverez ce que l’on appelle « les petits métiers du cinéma », ceux qui sont en train de disparaître dans la production moderne. Pouvez-vous nous parler d’eux ?

On a peur, souvent, de ne pas trouver un armurier, par exemple. Dans le film, pour les fusils d’époque, l’armurier tenait absolument – et il avait raison – à ce que, quand le chien arrive sur l’amorce, ça fasse « pfuit ! », et puis après, « pshshsh… » C’est en deux temps, il y a l’allumage de la mèche, et ensuite l’explosion de la poudre… Il y avait 50 ou 60 fusils qu’il fallait recharger, j’avais demander de truquer ça… Non, pas question !… Alors, il s’est pris 4 ou 5 adjoints, il a trouvé des gars dans les fermes pour l’aider, et des figurants aussi, parce que recharger 50 fusils, à l’ancienne, avec la bourre, etc… pour que ça fasse bien « pfuit ! » « pshshsh »… Je savais bien que ça n’avait pas grande importance sur le résultat, mais c’est très important de respecter ces « détails » parce que, si on respecte ce travail, tout le monde se sent concerné, respecté, et se défonce ;..

De la même façon, Yvonne Sassinot de Nesle m’a fait les costumes. Elle est créatrice de costumes, avec un talent énorme. C’est une grande dame du théâtre, mais elle était là tout le temps, et quand il y avait des scènes de foule, elle tenait absolument à ce que chaque figurant passe par ses mains. Les uniformes, ça allait, c’est le même costume, et encore ! Elle allait vérifier que chaque hussard ait sa petite natte, selon la coiffure qu’il avait, etc… Pour que les figurants soient prêts à 11h-midi, avec les cavaliers qui amenaient leur propre cheval et s’en occupaient, les types partaient parfois à 4h du matin de chez eux, et elle, à 5h du matin, elle était là. Chaque paysan, chaque figurant était pris un par un, pour qu’ils soient tous différents ; elle pré-fabriquait des costumes, en inversant certains détails, etc, mais que, surtout, on puisse filmer en archi-gros plan sans problème. Elle a été chercher des costumes au musée de Nantes, des costumes, qui valent des fortunes dans des vitrines : je ne sais pas comment elle est arrivée à arracher ça du musée… Elle les vérifiait continuellement, tançait des figurants négligeants, nettoyant toute la nuit quand il y avait eu des bagarres dans la gadoue, alors qu’il fallait que les costumes sont propres et secs le lendemain matin.. Tout ça avec son assistante, Anne de Laugardière, et tout un staff de filles et de garçons au garde-à-vous… Extraordinaire !
Et c’est terrible parce que moi, je vois maintenant un film à l’endroit, à l’envers, sous toutes ses coutures, et je me dis que ça va passer à toute vitesse. Qu’est-ce qui restera de cela ? Un univers ou un entracte ? Ce que je sais, c’est que dans Chouans, constamment, grands ou petits métiers du cinéma, il y a eu la volonté du mieux.

Propos recueillis par Claude Philippot et Daphné Victor pour le dossier de presse