“Je fais du cinéma par plaisir”

Interview | 6.03.2017
Je fais du cinéma par plaisir “Cartouche est pour moi un retour au cinéma-spectacle, c’est-à-dire au cinéma fait pour distraire et non pour apporter un message ou créer de nouvelles formules. Au contraire, Daniel Boulanger et moi, nous nous sommes efforcés dans le scénario d’accumuler tous les poncifs du genre, dans les personnages et aussi […]
Image du film Cartouche de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo

© 1962 STUDIOCANAL - TF1 DA - Vides S.A.S.

Je fais du cinéma par plaisir

“Cartouche est pour moi un retour au cinéma-spectacle, c’est-à-dire au cinéma fait pour distraire et non pour apporter un message ou créer de nouvelles formules. Au contraire, Daniel Boulanger et moi, nous nous sommes efforcés dans le scénario d’accumuler tous les poncifs du genre, dans les personnages et aussi dans les situations. Nous avons du reste procédé de la manière suivante pour bâtir le scénario. Nous avons imaginé le héros, le traître, la belle fille, etc… dans toutes les situations possibles : un peu de comédie, un peu de drame, un peu de burlesque, un peu de suspense, du sentimental. On mélange… On arrange… On secoue… On découpe… et on arrive à l’histoire qui permet de réunir tous ces éléments.
Et pour la première fois, j’ai l’impression d’avoir fait un film qui ressemble assez au spectacle de cirque ou du vieux théâtre, où l’on vous annonce à « coup de tambour »… Du rire et des larmes… de la joie, des frissons, de l’amour…. Entrez… Entrez !
En donnant à tout cela un climat anarchique et parfaitement amoral, on évite de sombrer dans la leçon de morale bêtasse. Il faut bien dire que tout ce que je raconte là n’a pas d’intérêt. Il vaut mieux voir le film et il n’y a aucune explication à donner de surcroît. C’est précisément le type de film où il n’y a rien que les gens ne voient immédiatement. Il n’y a pas de message caché.
Pourquoi avoir fait Cartouche ? M’a-t-on demandé. Parce ce que j’ai été payé pour le faire. Je fais du cinéma par plaisir, pour faire plaisir aux autres et surtout pour gagner ma vie. Voilà !”

Note d’intention du manuel de publicité pour les exploitants de salles.