Le Cavaleur ou Cher Edouard ?

Interview | 2.08.2016
En avril 1981, à l’occasion de la première diffusion du Cavaleur à la télévision française, l’hebdomadaire Ciné Revue s’entretient avec Jean Rochefort. On vient de vous voir à la télévision dans Le Cavaleur de Philippe de Broca. Êtes-vous satisfait de la diffusion de ce film très récent ? – C’est un film dont le titre a […]
Philippe de Broca et Jean Rochefort sur le tournage du film Le Cavaleur

En avril 1981, à l’occasion de la première diffusion du Cavaleur à la télévision française, l’hebdomadaire Ciné Revue s’entretient avec Jean Rochefort.

On vient de vous voir à la télévision dans Le Cavaleur de Philippe de Broca. Êtes-vous satisfait de la diffusion de ce film très récent ?
– C’est un film dont le titre a nui à la carrière, parce qu’il y avait erreur sur la marchandise. Les gens qui s’attendaient à voir un film fripon et léger ont été fort déçus et ceux qui voulaient voir une comédie à la française, drôle, légère et pleine d’un humour de qualité, comme seul Philippe de Broca peut en faire (avec Yves Robert) ne sont pas venus à cause du titre et je reste intimement persuadé qu’en plus des 450 000 entrées que nous avons faites à Paris (ce qui est tout à fait convenable), on aurait pu en faire 200 000 supplémentaires avec un titre différent. Le premier jour, des gens sont sortis de la salle très mécontents, parce qu’ils s’attendaient à voir un film à la limite du grivois, alors que c’est un film très élégant, à la limite d’un désespoir discret.

Les gens qui s’attendaient à vous voir dans un film grivois ne vous connaissent pas…
– Ils se disaient que peut-être bien… Que forcé par la nécessité, j’allais frisé l’érotico-pornographique.

cavaleur292

Le premier titre envisagé, et qui fut celui pendant le tournage, était Cher Edouard. Mais la mode était aux titres courts à l’époque, qui définissent le personnage, comme Le Magnifique ou Le Professeur, et la production, Alexandre Mnouchkine et Georges Dancigers, préféra miser sur Le Cavaleur, contre l’avis de Philippe de Broca et donc, de Jean Rochefort. Le film fit un million d’entrées en France.