30 octobre 1991 : Les Clés du Paradis

Non classé | 30.10.2017
Le 30 octobre 1991 sortait sur les écrans français Les Clés du Paradis. Le film met en scène Pierre Arditi et Gérard Jugnot. Il est écrit par Philippe de Broca et Alexandre Jardin. Voici comment Philippe de Broca présentait le film au moment du tournage. « Au départ, j’avais l’intention d’adapter Le Zèbre d’Alexandre Jardin mais […]
Philippe de Broca, Gérard Jugnot et Pierrre Arditi sur le tournage

Le 30 octobre 1991 sortait sur les écrans français Les Clés du Paradis. Le film met en scène Pierre Arditi et Gérard Jugnot. Il est écrit par Philippe de Broca et Alexandre Jardin.

Voici comment Philippe de Broca présentait le film au moment du tournage. « Au départ, j’avais l’intention d’adapter Le Zèbre d’Alexandre Jardin mais les droits avaient déjà été achetés. Nous avons eu alors l’idée d’écrire un film ensemble. Lorsqu’Alexandre me raconta l’histoire de ces deux types qui s’échangent leur identité, cela a fait tilt. Le sujet m’intéressait beaucoup. Avec un de mes amis réalisateur de télévision en province, nous rêvons parfois de permuter. J’aspire ainsi à mener son existence familiale calme et sereine, moi qui suis toujours entre deux divorces. Lui serait plutôt tenté par le cinéma. Outre ce thème, j’aborde encore dans le film le problème de la chance et de la malchance…. De cette distribution des cartes qui fait osciller notre destin d’un côté ou de l’autre. Je ne crois guère en l’astrologie mais une chose est sûre : il y a des périodes où l’on émet de bonnes ondes, où tout semble facile et d’autres où les cieux vous sont irrémédiablement contraires. Je symbolise ainsi le malheur qui s’acharne sur mes personnages et tout particulièrement sur Gaspard sous la forme d’un goéland. Comme par hasard, le jour où l’on se retrouve cocu, la plomberie de la maison saute. Ce film sera donc une comédie de mœurs dans la verve du Cavaleur ou du Diable par la queue. Avec de la dérision mais aussi un fond de gravité. »

Le film sera un échec à sa sortie avec seulement 300 000 entrées, à peine plus que Les 1001 nuits sorti l’année précédente. Philippe de Broca reviendra au cinéma en 1997 avec Le Bossu, après trois films pour la télévision.