Les caprices de Marie

1970 _ Marie, une ravissante jeune provinciale, se laisse séduire par un milliardaire américain. Mais elle n'acceptera de le suivre que s'il déplace son village à New York. Cela suffira-t-il à la rendre heureuse ?

Angevine est le village du bonheur. Son maire, Panneton, protège l’insouciance de ses habitants en censurant les journaux de toute information tragique et en chargeant le facteur de détruire les lettres porteuses de mauvaises nouvelles.

Sa fille, la ravissante Marie, est la reine du bourg ; mais elle n’a d’yeux que pour le timide instituteur Gabriel, vieux garçon bourru qui n’ose pas lui déclarer sa flamme. Désireuse cependant de découvrir des horizons moins étroits, la jeune fille s’inscrit à un concours de beauté organisé par une localité des Côtes de la Manche, et se voit élue « Miss Flots Bleus ».

Dans le même temps, le jeune milliardaire américain Broderick McPower, en croisière sur son yacht au large des côtes françaises, apprend que sa quatrième épouse vient de le quitter ; il se met aussitôt en quête d’une cinquième qui soit « reine de quelque chose ». C’est ainsi qu’il débarque en grandes pompes à Angevine, dont il conquiert la population par une débauche de cadeaux et d’effets spectaculaires.

Bien qu’hésitante à cause de Gabriel, Marie, séduite et fascinée, accepte la proposition de mariage de l’impétueux yankee. Mais à New York, malgré l’incessant tourbillon dans lequel l’entraînent d’interminables fiançailles, Marie a le mal du pays. Qu’à cela ne tienne ! Broderick fait transporter Angevine pierre par pierre sur les bords de l’Hudson. Le village devient une « réserve française » très prisée par les touristes américains.

Cependant, les Angevinois s’accommodent mal de leur nouvelle existence, et Marie songe avec nostalgie à Gabriel, le seul à n’avoir pas voulu quitter le sol natal. Aussi est-ce tout à fait opportunément que celui-ci, mandaté par Panneton pour lui apporter une pièce de rechange pour son moulin à café, surgit le matin même du mariage.

Broderick rend alors sa liberté à Marie, et réexpédie en France Angevine et ses habitants, monte une vaste opération immobilière d’édification de copies du village sur le sol américain et charge sa secrétaire de lui trouver une cinquième épouse…

 

Equipe

Production : Les Artistes Associés (Paris) / Produzione Europee Associate (Rome)
Producteur délégué : Christian Ferry.
Scénario : Daniel Boulanger et Philippe de Broca.
Dialogues : Daniel Boulanger.
Dialogues américains : Richard Overstreet.
Directeur de la photographie : Jean Penzer.
Opérateurs : Jean-Paul Schwartz et Michel Lebon.
Collaboration artistique et montage : Henri Lanoë.
Assistante-monteuse : Monique André.
Musique : Georges Delerue.
Chanson : « Les caprices de Marie » de Henri Lanoë (paroles) et Georges Delerue (musique) chantée par Cora Vaucaire.
Ingénieurs du son : Urbain Loiseau et Jean Labussière.
Mixage : Jean Nény.
Décor : Théo Meurisse.
Ensembliers : Roger Volper et Nady Chauviret.
Accessoiriste : André Davalan.
Costumes : Barbara Zulawska.
Maquillage : Jacky Reynal.
Coiffeuse : Évelyne Iafrate.
Régisseur général : Paul Lemaire.
Assistants-réalisateurs : Christian Fuin et Bernard Maistre.
Script : Madeleine Billeaud et Suzanne Durrenberger.
Dialogue coach : Louise Vincent.
Attachées de presse : Christine Brierre et Odette Ferry.
Chorégraphie : Miss Blue Bell.
Effets spéciaux et animation : Bettiol et Lonati

 

Interprètes

Philippe Noiret – Gabriel
Bert Convy – Broderick McPower le milliardaire américain.
Valentina Cortese doublée par Nadine Alarie – Madeleine de Lépine.
Fernand Gravey – le capitaine Ragot.
Marthe Keller – Marie Églantine Panneton.
Jean-Pierre Marielle – Léopold Panneton, son père, maire, et cafetier.
Didi Perego – Aurore Panneton, la mère de Marie.
François Périer – Jean-Jules de Lépine.
Henri Crémieux – le facteur.
Colin Drake – le président du conseil d’administration.
Marc Dudicourt – le présentateur de Miss Flots Bleus.
Dorothy Marchini – Dorothy Golden la secrétaire de McPower.
Albert Michel – le président du jury Miss Flots Bleus.
Barbara Middleton – la mère de Broderick McPower.
Noëlle Musard – Mademoiselle Choquet.
Bernard Musson – le maître d’hôtel.
Lucien Raimbourg – le fonctionnaire du Wedding Center.
Hilde Spalinger – Raymonde Bonneteau « la Dauphine ».
Aimé Théo – Bob
Olga Valéry – Laureen.
Douglas Read – Dick.
Les Blue Bell Girls.

Durée : 91 minutes.
Titre de tournage : Les figurants du Nouveau Monde.
Tournage : 21 juillet – 12 septembre 1969.
Extérieurs : Eure-et-Loir et New York.
Distribution : Les Artistes Associés.
Sortie à Paris : 26 février 1970.
Box office : 36 822 entrées en deux semaines dans cinq salles parisiennes.