Salomé Stevenin

Casting du Jardin des Plantes, j’ai neuf ans. Ma mère m’a fait deux petites nattes. Pantalon rouge bordeaux à pois bleus et mon texte appris et répété pendant des jours… j’ai le coeur qui tape très fort. “Bonjour” “Bonjour, J’te préviens j’aime pas les enfants”, puis il me regarde avec son franc sourire, c’est lui: […]
Salomé Stévenin dans le Jardin des Plantes de Philippe de Broca

Casting du Jardin des Plantes, j’ai neuf ans. Ma mère m’a fait deux petites nattes. Pantalon rouge bordeaux à pois bleus et mon texte appris et répété pendant des jours… j’ai le coeur qui tape très fort.

“Bonjour”

“Bonjour, J’te préviens j’aime pas les enfants”, puis il me regarde avec son franc sourire, c’est lui: Philippe de Broca.

Nous jouons la scène tous les deux. Il est sérieux, et en même temps on s’amuse. J’adore ça. D’un air entendu il me demande “Tu sais grimper aux arbres?” euh… oui”, et Philippe lance au directeur de production “Vincent, je vous présente Philippine”. Je n’ose pas y croire, il m’a choisie?..

Ce tournage est l’une des plus belles choses qui me soit arrivée.

Mélange d’autorité rassurante et de profonde tendresse, Philippe me fait vivre des aventures extraordinaires, m’apprend mille et unes choses sur tout, la vie, les poules, les canards, les églises… Dans son film, il me fait voler au dessus d’un lac, m’embarque dans l’obscurité des catacombes, me fait grimper au sommet des églises, marcher sur les toits, câliner un orang outan, exploser un décor à la dynamite. La neige en bulles de savon… et les gros Studios de Budapest et Berlin pour nous tous seuls. Un dimanche du tournage, je le revois à la porte de ma chambre, toc toc toc, un grand bouquet de fleurs dans les bras pour ma mère et moi.

Sur le plateau j’entends un hurlement ” Salomé!!!!” “Oui?….” “Viens ici!” et j’accourais. “Assis toi sur mes genoux” , sagement je m’asseyais, et nous regardions ensemble le combo, la scène, tout. J’étais une enfant mais je savais que Philippe voyait qui j’étais vraiment et la femme que je deviendrais. Il avait dix longueurs d’avance. Je me sentais comprise, dans ma quintessence.

jardin_salome001

 

Totalement protégée. Il a le charisme et la générosité des grands hommes.

Après le tournage, il me fait découvrir le voilier, la Corse, l’Opéra de Paris, la plongée sous-marine, le Louvre… Je le revois faire ses siestes dans l’herbe, à l’ombre des arbres…avec son bandana rouge.  Je ne sais pas s’il ne s’amusait pas plus que nous, en nous préparant ses chasses aux trésors dans sa belle maison de Vers, pleine de cabanes, d’oies et de torches enflammées.

A ses côtés je me sentais  aventurière et  petite fille modèle. Il m’a montré un condensé d’art de vivre. Cette capacité à s’émerveiller et à créer du merveilleux tout autours de soi.

Attisant la curiosité et l’imagination des enfants, nourrissant nos cerveaux de belles histoires, de belles images… Je le revois radical et rieur, et retrouve aujourd’hui ce mélange de joie et de sérieux, chez Alexandre et Chloé. Profils dignes et déterminés, sourires lumineux … bon sens et grande simplicité. Comme un repère…  Philippe, il n’est pas un jour sans que je ne pense à toi.